Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 14:10

C’ est au lendemain de la loi Falloux (15 mars 1850) instaurant la liberté de l’enseignement, que le Père Cestac se lance dans l’œuvre des écoles rurales.

De 1851 où il ouvre 3 écoles dans le département,à  sa mort en 1868, il fonde quelques 130 écoles dans 11 départements.

graphique-gd

 La pensée-directrice du fondateur se concentre dans ces lignes :

«  L’éducation ne pouvant se réaliser chez nous qu’avec l’instruction, répandez l’une et l’autre… »

P.Cestac  déploira  un zèle incroyable pour envoyer  des Servantes de Marie  ouvrir  des écoles dans les petits villages ou modestes bourgs des campagnes.

Aux religieuses institutrices il fixe quelques  objectifs.

    1- Un enseignement de qualité

Pour cela il fait appel à la responsabilité personnelle et professionnelle. Il est indispensable de « bien préparer la classe, de ne s’occuper que de la classe, de s’occuper de tous les élèves… »

Il promeut des méthodes innovantes comme une méthode de lecture qui allie le geste à l’épellation.

syllabaire-pt tableau-de-lettre-pt

   2- Un enseignement adapté

Le Père Cestac a  le souci de donner une instruction adaptée au milieu rural. A l’apprentissage de la lecture, et de l’écriture, on ajoutera « les comptes du ménage, la couture nécessaire à la famille, la bonne tenue du jardin potager. » 

IMG0475ardoise-pt 1113-mains-dans-le-pot-pt

   3- Une bonne relation enseignant- enseigné

Partisan d’une  «  pédagogie de la douceur » une condition de succès pour le Père Cestac c’est la relation entre le maître et l’élève :

« Ayez beaucoup d’affection pour ces enfants…Si elles vous aiment tout ira bien… »

IMGP0488cestac-enfantpt jeunes-pousses-pt


   4- Pour un être en devenir

Mais l’enfant est aussi pour le P.Cestac, un être « crée à l’image de Dieu, appelé à des destinées admirables sur la terre et à posséder Dieu éternellement… »

Il rappelle aux institutrices :

«  Dans vos classes… chacune de ces chères petites, assises sur vos bancs, renferme tout un avenir et quelquefois un grand avenir. Elles vous sont confiées comme une plante précieuse qui doit un jour porter de grands fruits, mais qu’il faut développer par une culture sage, intelligente et suivie… »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Edouard Cestac
commenter cet article

commentaires