Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 15:01
Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 15:10
2008-01-05repasgd.jpg 2008-01-05repasgd.jpg Singulier trésor
" Hier... le dîner, somme toute, était très bon.
Et pendant notre réjouissance il y avait dans
la Chapelle trois millions qui dormaient. Vous
ne comprenez pas? Voici l'énigme: c'est un

monsieur riche de 2 ou 3 millions qui est mort
à Ciboure, aux bains et qu'on a déposé
dans notre Chapelle jusqu' à ce qu'on le
transportât au lieu où il doit être
enterré..."
      ( 16 août 1847)
Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 16:41
Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 08:23
Les trois barriques
" Voici une petite aventure...L'autre soir trois hommes sont venus chercher dans des barriques les affaires des lieux. A peine sont-elles pleines qu'une crève au milieu du jardin. Bien ! Le lendemain, même affaire. Mais le surlendemain et voici le plus beau, les bouviers s'acheminent vers Notre dame, voilà qu' au haut des Pontots, la barrique crève et fait répandre au milieu du chemin son contenu. Et eux de se retirer. A peine le jour commence que les voisines sentant l'exhalaison du dépôt de la nuit se sont hâtées d'en porter plainte au Maire mais déjà notre Bon Père y avait remédié en payant un homme pour recouvrir de sable l'affaire en question."
( 9 novembre 1846)

Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 09:20
Frère Etienne.
" Hier, frère Etienne m'a paru dans la
chambre de Communauté, comme un fantôme.
Il était en contravention...Il s'approche à    
     
                                 
pas lents, ôte son crasseux bérêt et me
dit:" ce que, ma Mère..
grum ( mot pour
vous faire comprendre le bruit qu'on fait
en raclant la gorge)
nous ne savons pas
mais...selon les apparences je dois m'en
aller le mois prochain et...je voudrais vous
prier de faire une neuvaine" - "mais où
donc devez-vous aller frère Etienne? "
- " oh ! ...ma Mère je sens que cela ne peut
pas aller loin; je sens l'estomac enflé et
l'autre jour j'ai dû m'asseoir en route."
- " Ne le croyez pas frère Etienne vous
n'en êtes certainement pas là..."
                        (30 juillet 1847)

Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 11:21


La quête
"M.le Curé de la cathédrale à la quête de dimanche dernier,
s'est trouvé entiérement cerné au milieu de l'auditoire-
ce qui prouve du reste qu'il y avait beaucoup de monde.
Alors il s'est écrié, de manière que j'ai pu l'entendre de ma place:
" chilo huntaric ez nitake athea" (De ce trou je ne puis sortir). 
(31 décembre 1845)
Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 15:09




Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 16:15
Crise de logement

« Savez-vous combien il y a de (filles) à Notre Dame? Quatre vingts !
- et où nous mettra-t-on ? (pour les vacances et la retraite) allez-vous nous demander.
- On vous mettra où on pourra: dans des fourneaux, des cuves à la buanderie, aux greniers pour le mieux !
- Faites-vous la grimace ? Non, vous êtes servante (de celle) qui n'avait qu'une étable !...»

(20 juillet 1844)
Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 14:51
Grève de la faim                                                                       
"Uu habitant de Notre-Dame du Refuge ayant dû
quitter ses compagnons et compagnes pour
undefined
demeurer et finir ses jours à Larralde, il en a eu
tant de chagrin qu'il ne voulait prendre aucune
nourriture.
Le pauvre Pierre Larralde est venu désolé,
trouver  le Bon Père et le prier de le reprendre
sans quoi il craignait de le voir mourir avant le
temps. Or pour l'habituer un de ses compagnons 
l'accom pagna à sa nouvelle demeure, mais il eut 
soin, lui, de s'en revenir à Notre-Dame.
Voilà où en sont les choses. Je vous dirai, dans
une prochaine lettre, ce que sera devenu ce pauvre
cochon, car je ne doute pas combien il vous
intéresse par son attachement à la maison."
( octobre 1844 )



Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 10:38
undefined
Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Elise Cestac
commenter cet article