Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 10:58

Dans notre Chapelle 2 vitraux se font pendants,

dans chacune des nefs latérales.

Ils représentent :

    1- le Père Cestac et une Servante de Marie

        aux pieds de Notre Dame de Bétharram.

       ( nef latérale gauche)

     2- le P. Cestac présentant à l' Evêque les

         différentes familles de l'oeuvre

         (nef latérale droite)

Les vitraux datent probablement de 1932.

 

 

 Regardons en détail chacun de ces vitraux.

   1- Le vitrail avec Notre - Dame de Bétharram

rappelle, qu'aux pieds de cette Madone pyrénéenne

le Père Cestac écrivit la Règle de vie des Servantes

de Marie en décembre 1841.

Et le 6 janvier 1842, 14 jeunes femmes se

consacraient Religieuses Servantes de Marie

en présence de Mgr Lacroix, Evêque de Bayonne.

 

Notons que la statue représentée, ici, est

celle d'Alexandre Renoir de 1845; on la

trouve, encore aujourd'hui, au-dessus du

Maître-autel du Sanctuaire de Bétharram.

  2- Le 2ème vitrail montre réunies devant

l'Evêque les 5 familles du Père Cestac que

l'on repère à droite du Prélat.

Nous distinguons:

                 + agenouillées

                      - au premier plan dans son costume

noir bordé d'un liseré blanc: une "Pénitente de Marie",

                     - à son côté, en habit blanc et voile

noir: une Bernardine,

                    - puis une petite orpheline avec son

châle coloré et son ruban bleu d'enfant de Marie.

                     + debout derrière le 1er rang

                                      -une Servante de Marie dans son

habit bleu et blanc

                                      - une "ouvrière de Marie" habillée comme

la Servante  de Marie mais de couleur plus foncée.

Précisons que cette catégorie de religieuses dites

"ouvrières de Marie" s'adressait  aux aspirantes

qui ne savaient pas ou peu lire et écrire.

Elle a été supprimée en 1881.

Partager cet article

Repost 0
Published by Iribarren Laurence - dans Edouard Cestac
commenter cet article

commentaires